Le Blog de Sek Taalé

20 janvier 2006

Luc Alphand, vainqueur du Paris-Dakar et du racisme ordinaire ?

« Il faut connaître l’Afrique pour savoir ce que c’est : ils chantent, ils dansent, ils courent parce que c’est super pour eux, le rallye. Ils sont inconscients ».

De qui sont ces propos ? De Jean-Marie Le Pen ? Philippe de Villiers ? Que nenni ! De Luc Alphand ! Grand vainqueur pétaradant du dernier « Paris-Dakar » dans un grand hebdomadaire français. Renversant ? Peut-être !

On a l’habitude de dire de certains sportifs qu’ils ont tout dans les jambes et rien dans la tête. C’est peut-être le cas de Luc Alphand, désormais champion polyvalent de ski et de rallye. Mais les propos renversants ne sont plus le monopole des seuls sportifs au cerveau «hypotrophié ».

Les propos de  Luc Alphand ne sont en définitive que l’expression du racisme ordinaire, nourri par des clichés imbéciles et multiséculaires. Un discours qui resurgit quand dans certaines situations le vernis de l’hypocrisie craquelle.

On l’a vu avec la crise dans les banlieues françaises. Que n’a-t-on pas entendu ? Même de la bouche de quelques spécimens de l’intelligentsia française ? Le philosophe Alain Finkielkraut a ainsi analysé cette crise :  «Le problème est que la plupart de ces jeunes sont noirs ou arabes et s’identifient à l’Islam. Il y a en effet en France d’autres émigrants en situation difficile, chinois, vietnamiens portugais, et ils ne participent pas aux émeutes. Il est donc clair qu’il s’agit d’une révolte à caractère ethnico-religieux ».

Quant à Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuelle de l’Académie française, elle aurait raflé le trophée s’il y avait eu un concours des déclarations les plus stupides. Cette éminence grise et immortelle, se croyant loin d’oreilles indiscrètes, expliquait ainsi dans les médias russes la crise des banlieues : «Ces gens, ils viennent directement de leurs villages africains. Or la ville de Paris et les autres villes d’Europe, ce ne sont pas des villages africains. Par exemple, tout le monde s’étonne : pourquoi les enfants africains sont dans la rue et pas à l’école ? Pourquoi leurs parents ne peuvent pas acheter un appartement ? C’est clair, pourquoi : beaucoup de ces Africains, je vous le dis, sont polygames. Dans un appartement, il y a trois ou quatre femmes et 25 enfants. Ils sont tellement bondés que ce ne sont plus des appartements, mais Dieu sait quoi ! On comprend pourquoi ces enfants courent dans les rues.»

Sans commentaire !

Sek Taalet

Lire aussi : Rallye Paris-Dakar : un spectacle arrogant et humiliant

Posté par sektaalet à 12:15 - Commentaires [15] - Permalien [#]

10 janvier 2006

Burkina Faso : Le Yonli nouveau est arrivé !

Les amateurs de bons vins diraient que le Yonli nouveau est arrivé. D'un logiciel, on aurait parlé d'un Yonli II.1 pour annoncer la première mouture de cette deuxième version du gouvernement Yonli.

La version I.0, lancée en novembre 2000 a plutôt connu un franc succès. Au-delà des espérances mêmes car la nomination de celui qui était alors ministre de la Fonction publique a surpris les observateurs de la scène nationale qui ne misaient pas beaucoup sur sa longévité. La suite, on la connaît.

L'ouragan Norbert Zongo lancé quelques mois avant a été maîtrisé et iln'y a pas eu de tsunami au BF. Bien au contraire, les réformes institutionnelles concédées par le pouvoir de Blaise Compaoré ont permis de bonifier l'Etat de droit de la IVè République du Burkina.

Et malgré un autre ouragan sur la côte Sud du pays déclenché par la crise ivoirienne, le Yonli I.3 (après trois remaniements ministériels) a même termine son cycle avec un taux de croissance de 7,5% selon son programmateur, Blaise Compaoré (qui en est lui à sa quatrième version, après le Blaise I de 1987, Blaise II de 1991, Blaise III de 1998 et Blaise IV depuis le 13 novembre dernier).

Alors, pourquoi ne pas faire un bonus à celui qui a battu les records de tous ses prédécesseurs au 10, de la rue Agostino-Neto, siège du Premier ministère burkinabè ?

Est-ce une prime à la stabilité politico-sociale ou le signe d'une panne d'imagination politique ? L'avenir nous le dira. Mais touchons du bois pour que ce bonus ne soit pas un cadeau empoisonné !

A Lire : Gouvernement : la nouvelle équipe de Paramanga Ernest Yonli (http://www.lefaso.net/article.php3?id_article=11747)

Sek Taalet

Posté par sektaalet à 15:43 - Commentaires [6] - Permalien [#]

02 septembre 2005

Enfumés et chassés comme des rats!

Enfant, quand je gardais les moutons avec mes compagnons d'âge pendant les vacances scolaires, la chasse aux rats était une activité palpitante qui rythmait cette vie champêtre.

Quand on découvrait un "bon" terrier, la technique était simple pour faire sortir les rats de leur trou et les abattre : on les enfumait pendant quelque temps et le résultat était infaillible.

Je n'ai pu m'empêcher de repenser à cette "technique" au spectacle de la série noire que vit la comunauté africaine en France depuis quelques jours. D'abord, en moins d'une semaine, il y a eu deux incendies aux conséquences dramatiques. Les bilans humains sont connus mais les causes non encore élucidées totalement.

Ensuite, les larmes des rescapés n'avaient pas encore séché que Nicolas Sarkozy, mettant ses menaces à exécution, a entrepris "d'évacuer" manu militari les squats de la capitale française.

La philosophie du ministre français en charge de l'Intérieur est apparemment simple : "Vous êtes notre mauvaise conscience. Vos conditions de vie et vos drames subséquents qui s'étalent dans les médias nous gênent. On vous expulse, on vous escamote et plus de drames. En tout cas plus dans les médias". Et le tour est joué !

Aussi efficace que de briser le thermomètre pour faire disparaître la fièvre !

Et si tout cela c'était pour draguer l'électorat de l'extrême droite française ?

Sek Taalé

Posté par sektaalet à 14:57 - Commentaires [8] - Permalien [#]

27 août 2005

Youssou N'Dour, victime collatérale de la crise ivoirienne ?

La star sénégalaise Youssou N'Dour serait persona non grata au pays des hommes intègres. C'est en tout cas ce que rapporte la presse locale.

Motif, des propos jugés intolérables que l'artiste aurait ténus récemment au bord de la lagune Ebrié. ""Je suis tout comme mon Ami le président Laurent Gbagbo outré de la situation que vit la Côte d’Ivoire aujourd’hui ! Accueillir chez soi, nourrir, vêtir et soigner des voisins qui vous poignardent ensuite dans le dos en vous balançant des rebelles à la figure, ça fait mal". Voilà l'objet du délit selon "la Coordination des étudiants patriotes" du Burkina, auteur de la fatwa contre la star. (Cf : Youssou Ndour, persona non grata au Burkina ?

On ne sait pas encore quelle est la réation des autorités burkinabè. Mais on se rappelle que ces jeunes révoltés ont déjà réussi a interdire de concert au Burkina des artistes ivoiriens comme Aïcha Koné et quelques autres qui auraient eu des propos xénophonbes ou inacceptables à leurs yeux.

Jusqu'où la surenchère ?

Sek Taalé

Posté par sektaalet à 12:37 - Commentaires [5] - Permalien [#]

26 août 2005

Lance Armstrong vers un 8è Tour de France...médiatique

Le Tour de France 2005 joue les prolongations. Un mois à peine après la fin, ça repart.. Cette fois-ci dans les médias.

Les journalistes de l'Equipe qui ont levé le lièvre du dopage prétendu de Lance armstrong sont sans doute de bonne foi. Mais ils arriveront difficilement à convaincre beaucoup de monde en dehors de l'Hexagone. Ces révélations 6 ans après la commission des faits sont plutôt difficiles à défendre dans l'opinion publique.

Car c'est d'une bataille de l'opinion qu'il s'agit. Et ici aussi, Lance est en pôle-position. Son histoire personnelle (rescapé du cancer), ses multiples victoires à la barbe des Français entre autres, la suspiscion que ces victoires ont toujours suscité dans la presse française lui dressent le beau rôle de la victime.

Après tout, ce qu'on attend du sport, ce n'est pas de faire rêver ? Lance Armstrong a toujours réussi cela. Que demande le peuple de plus ?

Si ce n'est pas un as du guidon, c'est en tout cas un as de la feinte, pour avoir échappé aux multiples contrôles qu'il a subis. Dans tous les cas, c'est un AS!

Salut l'artiste !

Posté par sektaalet à 16:52 - Commentaires [13] - Permalien [#]

25 août 2005

« La méchante dame de l’ambassade de France au Burkina »

J’ai emprunté ce titre au cri de cœur rageur de mon compatriote Tambi Kaboré qui a relaté sa mésaventure à l’ambassade de France au Burkina dans la presse locale, notamment sur Lefaso.net (http://www.lefaso.net/article.php3?id_article=9208)

A lire son coup de gueule, je pense qu’il a manifestement raison. Mais ce n’est ni la première, ni la dernière personne à vivre une telle situation.

Je me suis rappelé qu’il y a quelques semaines, un autre burkinabè avait relaté dans la presse locale pareille mésaventure au consulat de France à Ouaga. Je ne sais plus si la personne en cause est la même mais cette « méchante dame » est bien connue des Burkinabè, au moins de réputation car si peu l’ont vue, beaucoup ont entendu rapporter ses hauts faits qui ne comptent plus.

Cela fait en effet des années qu’elle renvoie, rudoie, rabroue et humilie ceux qui ont la témérité de vouloir voir la France. En toute impunité. Quand il arrive que des gens craquent et s’épanchent dans la presse, il n’y a aucune suite spéciale.

Peut-il en être autrement ? Car si cette dame a un caractère de vache inné, c’est aussi pour cela qu’elle est à ce poste. Ses supérieurs hiérarchiques doivent la noter au litre de venin déversé sur les demandeurs de visas ; ce qui veut dire qu’elle est sans doute payée au nombre de candidats découragés de toute velléité de voyage en France.

Face aux protestations dans la presse, sa hiérarchie présentera certainement des excuses dégoulinantes mais ce n’est que pure hypocrisie diplomatique (ou française ?). Et pendant ce temps, l’administration burkinabè, assiste, dans une passivité coupable, à l’humiliation quotidienne de ses citoyens sur leur propre sol !!!

Posté par sektaalet à 12:38 - Commentaires [17] - Permalien [#]

24 août 2005

Voilà mon blog

Voilà! Moi aussi, j'ai mon blog !!!

Il semble que c'est la mode. En tout cas, j'ai décidé de m'y mettre.

A mon rythme, je vais l'animer, avec des commentaires sur l'actualité du Burkina Faso, notre cher pays des "hommes intègres". Pour vous dire ce que j'en pense. Quand cela vaudra la peine que l'on en parle. A mon avis.

Sek Taalé

Posté par sektaalet à 17:21 - Commentaires [15] - Permalien [#]